nov 122012
 

Les monuments historiques symboliques de la Chine: la Cité Interdite, la Grande Muraille ou l’Armée Enterrée résument à merveille ce pays; la démesure. Le pays en lui même est gigantesque et sa population en conséquence. Démesure de la société de consommation. Comme je l’écrivais dans un article précédent, on a l’impression que la Chine se résume à une énorme grande surface parsemée de quelques sites historiques. Si c’est cela la modernité, alors oui, la Chine est très moderne! La classe moyenne chinoise est en pleine essor, de plus en plus de gens ont donc assez d’argent pour vivre dignement voir même luxueusement. Tout est donc fait pour que ces gens aisés trouvent de quoi dépenser cet argent! Malgré cela, la pauvreté et la misère des moins nantis fait tache au pied des escalators des galeries commerciales. Nous nous attendions à un peu plus d’authenticité. Cela dit, il est vrai que notre parcours était peut-être un peu trop orienté sur les grandes villes. Ha oui, les villes… Shanghai et Hong Kong, les deux villes les moins chinoises de Chine nous ont enchantés. Pékin par contre est vraiment trop grande et austère. L’étape de Yangshuo a été la bouffée d’oxygène revitalisante du périple. Quel bonheur ces paysages et ces rivières. « C’est du chinois! » Voilà une expression que nous employons couramment pour qualifier quelque chose que nous ne comprenons pas. Force est de constater que nous l’employons souvent à juste titre! Après un peu moins d’un mois passé dans ce grand pays, nous restons assez étonnés par certains aspects de la vie en Chine. Ce qui nous a le plus marqué, c’est cette espèce de froideur des chinois. Par exemple: jamais un sourire de la part d’une vendeuse derrière son comptoir, je fais mon boulot et puis c’est tout; dans la rue, c’est chacun son chemin sans lever les yeux et sans se soucier des autres passants; se pousser, se bousculer pour être sûr d’avoir sa place dans une file. Cela se traduit aussi parfois en une sorte d’incivilité. Lorsqu’on y ajoute la barrière de la langue, sans vouloir en faire une généralité, cela rend les chinois, hélas, finalement assez inaccessibles. Nous n’avons jamais pu non plus nous faire aux reniflements, ravalements nasaux et inévitables expulsions crachatoires pratiqués n’importe où et n’importe quand! Et que dire des nombreux sons qui accompagnent les repas, sluuurps, frrrups, gluuups,… Toujours suivis d’un bon gros brûûûps de digestion! Évidemment, quand on avale tant d’air en… mangeant?!?!, il faut bien qu’il ressorte!!! Comment voulez-vous que vos enfants respectent les règles de bienséance des tables européennes après ces démonstrations??? Soit, chacun ses us et coutumes… La Chine ne restera pas (sauf peut-être Hong Kong) une destination où nous nous serions bien vu vivre. Cela dit, il fallait y aller et nous ne regrettons rien de cette étape.

 Publié par à 16 h 30 min

  Une commentaire à “La Chine”

  1. Hé Ben, te voici en « Super Nany », occupé à dresser les règles de bonne conduite qu’il manque aux Chinetoques! On oublierai presque que tu craches du choco en poudre en l’air quand on vient manger chez toi! Un tour du monde, ça change un homme!!!
    La Chine était une chouette destination pour vos « followers » en tout cas.
    Bonne continuation!

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.