déc 012012
 

Jungle de guerre

Nous poursuivons nos visites culturelles. Ce matin excursion vers Cu Chi pour y visiter ses tunnels. Nous avons réservé l’excursion par une agence. Nous n’aimons pas trop les visites en groupe mais il faut avouer que c’est nettement moins cher que d’y aller par ses propres moyens. Nous prenons place dans un bus et quittons Saigon vers 8h30. Cu Chi se trouve à un peu plus de 60 km de Saigon mais il nous a fallu 2h pour nous y rendre. Nous avons eu l’impression que nous ne quitterions jamais la ville tant elle est étendue. Sa progression a avalé toutes les bourgades alentours. Arrêt obligatoire dans une manufacture artisanale locale. Nous appelons cela une attrape touristes, et on en a marre que l’on nous prenne pour des portefeuilles ambulants… Pour se donner bonne figure on vous explique qu’il s’agit d’un atelier qui emploi des personnes handicapées. Oui, il y en avait 3 sur la cinquantaine d’ouvrier… Soit. Nous traversons ensuite la campagne et ses rizières, puis des plantations d’arbres à caoutchouc. Il doit s’agir d’hévéas, dont l’écorce est entaillée sur une fine bande descendante. Le latex est recueilli dans des petites soucoupes rondes. Nous voici arrivés sur les lieux.

Cu Chi a été la région la plus bombardée du Vietnam par les Yankees. Le Viêt Cong (les vietnamiens communistes du nord) contrôlait cette région stratégique car proche de la capitale du sud Vietnam: Saigon, grâce à un réseau de souterrains d’une longueur totale de 250km. Malgré des largages de milliers de tonnes de bombes et des batailles acharnées, jamais les américains ne sont parvenus à déloger les fanatiques soldats Viêt Cong. Et pour cause, grâce à leurs tunnels, ils apparaissaient, frappaient puis disparaissaient. Combien de GI n’ont pas été victime des pièges infernaux qu’ils disposaient dans la forêt. Nous avons parcouru 20m dans un de ces souterrains: 1,20m de haut sur 80cm de large, nous étions content de voir arriver la sortie… Sacha s’est aussi glissé dans une cachette creusée au pied d’un arbre. Les soldats du nord n’avaient pas les moyens des américains mais leur ingéniosité est impressionnante. Nous avons été choqués par le stand de tir où, moyennant quelques milliers de dôngs, il est possible de s’essayer à la Kalashnikov ou au M16! Après tant de combats et tant de morts, ces forêts ne méritent-elles pas maintenant de résonner du chant pacifique des oiseaux? Faites donc taire les armes en mémoire de tous ceux qui sont tombés ici au lieu de jouer les Rambo… Cette visite était un autre témoignage, plus réel celui ci, de la cruauté de la guerre. Et dire que tout ça continue encore de nos jours aux quartes coins du monde…

« >« >« >

Jungle urbaine

De retour en ville, nous poursuivons sur notre lancée avec la visite de la pagode de l’empereur de jade. Comme ce n’est pas la porte à côté, nous prenons le taxi.

Même sans être au volant, bien assis dans un véhicule à 4 roues, circuler dans Saigon c’est vraiment flippant! C’est la jungle… Le taxi est constamment entouré de dizaines de motos. Pas de priorité, manque de respect des feux, du marquage au sol: je suis devant toi donc j’avance donc je gagne… Certaines motos sont surchargées, on transporte des tout petits enfants, on roule trop vite, franchement ça fait peur. Thuy, notre guide à Dalat nous avait précisé que chaque jour 30 personnes meurent au Vietnam dans des accidents de la route… Le peuple vietnamien est fier de n’avoir jamais été complètement conquis (sauf par les chinois pendant 1000 ans). Ils oublient l’invasion des Yamaha, Honda et Vespa qui est en train de faire autant de morts que les guerres…

Mais revenons à notre pagode. Un endroit qui respire la sérénité et surtout l’encens! Ce temple se compose de plusieurs salles enfumées, richement garnies de statues et d’offrandes. Une femme et son mari sont venus prier une déesse. Après ses offrandes, elle s’est caressée le ventre. Sans doute une prière pleine d’espoir pour une grossesse… À l’entrée du temple, une femme vend des poissons et des tortues. Ce sont des offrandes. Plus loin se trouvent deux bassins. Un pour les poissons et l’autre pour les tortues. Il y en a des dizaines qui se grimpent dessus pour respirer à la surface (même les poissons), de quoi faire tomber là un membre de la SPA ou de Gaya (ou Aquadan!). Mais bon, quand il s’agit du salut de l’âme…

Passage ensuite par une librairie française pour acheter quelques bouquins, puis retour au bercail. Nous sommes vraiment bien dans notre hôtel. Les gens sont très gentils et attentionnés. Lilou descend jouer avec sa nouvelle copine dès qu’elle peut. Si vous passez par Saigon, nous vous recommandons la guesthouse Mai…

 Publié par à 2 h 42 min

  Une commentaire à “29-11 Welcome to the jungle…”

  1. Ben, tu aurais dû enfiler le pantalon militaire moulant ( je m’en souviens!) de Sophie pour nous faire une parodie de Rambo dans la jungle qui crache du feu avec du cacao en poudre, ça aurait été top!
    Impressionnant les caches dans la jungle! Et les routes blindées de vélomoteurs… on a l’impression de sentir l’odeur d’essence d’ici!!!
    Bonne continuation les amis. Toujours aussi passionnant votre voyage… c’est pas à Salou ou à Bénidorm qu’on voit des trucs comme ça!!!

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.