déc 062012
 

Il est 5 heure Can Tho s’éveille… Non, il est 5 heure et Cant Tho grouille déjà de vie! L’aube pointe à peine mais la rue sur laquelle donne notre balcon est déjà animée. Les vietnamiens sont des lève tôt, même un dimanche. Nous ficelons nos bagages et retrouvons nos compagnons Nicole et Ben ( c’est plus facile à écrire que Bendaguz et à prononcer aussi…) sur le trottoir. Notre guide du jour est là aussi, sans perdre de temps nous embarquons sur deux bateaux. Les petits bateaux sont mus à l’aide de deux rames croisées fixées sur un montant ou avec un moteur à hélice déportée. Nous nous élançons sur le fleuve dans la lumière bleutée du petit jour… Le Mékong est un des plus grands fleuves d’Asie. Il naît à plus de 4500 km d’ici, parmi les sommets himalayens de la province du Qinghai en Chine. Sa descente est rapide, il grossi et irrigue le Yunnan. Il quitte la Chine pour le Laos, la Birmanie, la Thaïlande et le Cambodge. Il vient enfin s’épancher langoureusement en un large delta dans le sud Vietnam. Ici on l’appelle « le fleuve des 9 dragons » en rapport à ses 9 bras principaux. Ses eaux limoneuses fertilisent la région en pénétrant et irriguant la terre en milliers de canaux et d’arroyos. Si Dalat est le jardin du Vietnam, le delta du Mékong en est son potager, son verger et son grenier. Les cultures de riz, de légumes et de fruits occupent la moindre parcelle non bâtie. Le fleuve sert aussi de moyen de transport et de lieu de commerce. Les récoltes abondantes sont acheminées en bateau vers les marchés flottants premier objectif de notre visite fluviale. Nous progressons sur un bras du fleuve comparable à notre Meuse liégeoise.« > Les berges sont bien occupées. Telles des araignées, des habitations sur pilotis gagnent du terrain sur l’eau et s’avancent au plus loin possible en jetant dans un dernier effort un fin ponton au bout duquel ondulent barques et pirogues. De petites entreprises de toutes sortes y ont un quai de chargement. Le soleil se lève doucement. Les silhouettes des palmiers se découpent sur un fond orangé, magnifique paysage. Le fleuve est très poissonneux et toutes les techniques sont utilisées pour tenter d’y dénicher sa pitance. Plus loin, le fleuve se couvre d’embarcations, voici le marché flottant de Cai Rang. Autour des sampans surchargés de fruits et de légumes gravitent des dizaines de barques. Pour y faire ses courses c’est facile, sur une longue perche sont accrochés les produits mis en vente. De plus petites embarcations accostent sur le flanc du sampan. Après négociation, le transbordement de main à main peut commencer. C’est un marché fluctuant, dans tous les sens des termes… « >C’est un commerce de gros, on ne vend pas pour moins de 50kg. Les familles de bateliers vivent ici le temps de vider leur soute avant de repartir charger une nouvelle cargaison chez les producteurs. Nous poursuivons notre navigation vers un autre marché. Le fleuve rétréci et se divise en deux bras. Près de la berge s’agglutinent une vingtaine de barques, c’est le second marché, un marché de revente. Ce sont presque exclusivement des femmes qui occupent les bateaux. Les fruits et légumes passent à nouveau d’une embarcation à une autre mais cette fois au détail. Nous poursuivons notre balade et accostons pour la visite d’une fabrique de nouilles de riz. C’est une petite entreprise artisanale familiale. Le riz est d’abord mis à tremper, pressé et mis à égoutter pour obtenir au final une sorte de pâte liquide. Cette pâte est cuite quelques secondes en large crêpes. Elles sont délicatement posées sur une claie en bambou et mises à sécher à l’extérieur. Pour terminer, les crêpes « >« >« >sont passées dans un laminoir qui les découpe en longues pâtes. Aucun déchets: c’est la coque du riz qui sert de combustible et les cendres retourneront fertiliser les rizières. Voilà une visite très intéressante. Nous remarquons quand même que les conditions de travail sont assez difficiles. Nous repartons pour nous enfoncer encore un peu plus loin dans les canaux. Nous atteignons maintenant les zones de cultures. Notre gentille guide nous invite à descendre pour une balade à pied dans les champs. À droite le canal, au centre un talus surélevé sert de chemin, et à gauche les champs d’arbres fruitiers ou des rizières gorgés d’eau. C’est le jardin de l’Eden, il n’y a qu’à tendre le bras pour attraper un ananas, une banane où une mangue… Pas de pommes mais à croire la peau de mue que nous trouvons, le serpent est bien là! Quelle belle et généreuse nature, et quel calme… Pause dîner (bien qu’il ne soit encore que 10h30!) dans une auberge locale: lait de coco en apéro et farniente dans « >un hamac… Retour à bord, nous nous enfonçons encore plus loin dans les méandres du delta. Nous empruntons maintenant des petits arroyos couvert de jacinthes d’eau. Les berges sont couvertes de cocotiers de bambous et d’arbres aux racines plongeantes. Nous naviguons dans un monde végétal. Toutefois, quelques arrêts sont nécessaires pour nettoyer l’hélice empêtrée dans un des pires fléaux polluant notre planète: le sachet en plastique! Plus loin nous rejoignons le fleuve et nous n’avons plus qu’à nous laisser aller à une petite sieste, bercés par le ronronnement du moteur et le mouvement chaloupé de notre frêle esquif… Retour à quai. Quelle agréable matinée! Ben nous attend à l’hôtel. Ils avaient pris un peu d’avance car Nicole doit prendre un avion à Saigon ce soir. Quant à nous 5, c’est à 16h qu’un car nous emmène à Rach Gia. C’est bien assez pour tenter une nouvelle partie de pêche… Bredouilles encore une fois… Trois heures de trajet plus tard nous nous mettons en recherche d’un hôtel. Pas facile, personne ne parle anglais aux abords de la gare des bus. Nous parcourons la rue, nous avons faim aussi. Sophie jette un œil dans un restaurant et devinez qui y est installé… la famille catalane du train Hanoi – Hué!!! Nous avions gardé le contact par mail et voilà que l’on se retrouve… cool! Ils nous renseignent leur hôtel où nous trouvons de la place. Demain nous avons tous la même destination: l’île de Phu Quoc.

 Publié par à 13 h 43 min

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.