déc 062012
 

Nous avons la bougeotte ces deniers jours. Notre passage au Vietnam se termine et nous voulions encore profiter de ses plages. Tout au bout du bout du pays se trouve l’île de Phu Quoc. Elle est aussi très proche du Cambodge, notre prochaine destination. Un petit passage sur ses plages annoncées idylliques nous tentait donc beaucoup. Nous prenons un ferry à 13h pour la traversée. Ben est toujours avec nous. Nous apprécions sa présence et partageons volontiers quelques jours de notre voyage avec lui. C’est un accident d’escalade libre qui lui a coûté l’utilisation de ses jambes il y a 20 ans. Il fête deux anniversaires, celui de sa naissance et celui du début de sa nouvelle vie comme il dit. Ce type a bourlingué aux quartes coins du monde! Quel aventurier. Il fait souvent référence à ses précédents voyages dans nos discussions. Nous parlons en anglais ensemble. Sacha n’est pas en reste, il s’améliore de jour en jour. Il se mêle à la conversation et se fait comprendre sans problèmes. Pour Lilou c’est un peu plus difficile et elle nous interrompt souvent de son habituel « Qu’est ce qui dit? ». Sans savoir, comme Bindu au Népal, Ben l’a surnommée « Mademoiselle qu’est ce qui dit »! Bien sûr voyager avec une personne à mobilité réduite demande quelques aménagements. Mais c’est avec plaisir que nous l’aidons en portant son sac, plions son fauteuil pour le ranger dans la soute du bus ou grimper sur un trottoir. Nous avons aussi entrepris ce voyage dans le but de nouvelles rencontres. En voilà une autre extraordinaire… Allez on embarque! Pas évident de grimper sur le pont supérieur du ferry pour Ben. Mais il a droit à une place dans les divans de la cabine VIP. Pas question pour lui de ne pas nous en faire profiter aussi. Un petit mot au capitaine et nous l’accompagnons avec plaisir. Pas de nouvelles des catalans qui devaient prendre le même bateau!? La traversée dure 2h30. Ce bateau est très rapide. Sacha et Benoît sortent un moment sur la plage arrière mais le vent y est presque insupportable. La longue île de Phu Quoc apparaît enfin. Comme pour le bus, nous devons patienter pour sortir en dernier avec Ben et nos sacs. Il ne reste qu’une camionnette sur le quai pour effectuer le trajet vers la ville de l’autre côté de l’île. Le chauffeur nous demande 10$ pour la course ce qui nous semble vraiment exagéré. Nous tentons de marchander mais il ne veut rien entendre. Tant pis! Nous quittons le quai à pied. Il revient à la charge mais toujours sans daigner baisser son prix. Nous poursuivons, traversons les quelques buvettes au départ de la route, puis nous voilà seuls devant cette route qui s’enfonce à travers la nature. La camionnette nous rattrape une troisième fois. C’est clair, nous ne pouvons pas franchir les 20 km annoncés à pied. Nous sommes coincés! C’est à contre cœur que nous acceptons la course… Après maximum 5 km, le chauffeur nous dépose devant un hôtel en cours de finition. Nous visitons un des bungalows mais nous ne savons pas trop où nous sommes et le prix est assez cher. Il nous dépose devant un autre hôtel que nous n’allons même pas visiter. Nous voulons juste aller en ville mais il n’a pas l’air de comprendre. Il sait pertinemment bien qu’une commission l’attend si nous acceptons un des hôtels qu’il nous propose. Il nous dépose enfin en ville en jetant nos sacs sur la route après avoir empoché ses 10$!!! Autre visage d’un Vietnam pourri par le tourisme… Nous visitons un hôtel : moins cher mais très petite chambre. Nous essayons de déposer les sacs dans une agence de voyage mais nous n’arrivons pas a nous faire comprendre! Nous sommes las et ce premier accueil nous reste en travers de la gorge. Nous décidons de faire une pause resto pour nous remettre d’aplomb, le moral est bas. Nous échouons sur un trottoir garni de table et chaises. Le repas nous fait du bien. Par contre, en vérifiant la note, nous remarquons que l’on nous compte les cacahuètes et même les serviettes déposées sur la table sans que l’on ne les ait demandées! Pas question de payer ce supplément, heureusement que nous sommes attentifs! Quelle est donc cette île qui nous paraît de prime abord beaucoup moins paradisiaque que prévu? Après le repas, Benoît et Sacha reprennent la recherche d’un logement. Ils visitent 6 hôtels de gammes et prix différents. D’un côté de la route, côté plage, à l’autre, le prix double! Au dernier essai, un vietnamien attablé à la terrasse nous interpelle en français. « -Vous êtes français? -Non belges. -Ha bon, moi aussi je viens de Malmedy, je suis ici en vacances. » Né au Vietnam, il a fui son pays après la guerre sur un boat people et a trouvé refuge chez nous. Il revient au pays pour passer ses vacances. L’hôtel est correct et le prix aussi, ok on a trouvé. Retour au resto-trottoir pour aller chercher les autres et les sacs et nous gagnons notre chambre. Une bonne bière pour se rafraîchir, il fait très chaud. Nous rejoignons sur la terrasse pour un rafraichissement. Ben et Ben terminent la journée avec la visite du marché de nuit, Sophie et les enfants regagnent la chambre. Marché de nuit = 100m d’échoppes restaurants de poissons et fruits de mer + 100m d’échoppes de bijoux! Cette île ne serait donc qu’une immense attrape touristes???? Ben a décidé de dormir sur la plage cette nuit. Il poursuit donc ses recherches tandis que Benoît rejoint la famille. Nous espérons vivement découvrir demain un autre visage de Phu Quoc…

 Publié par à 17 h 07 min

  2 commentaires à “3-12 En route pour Phu Quoc…”

  1. Dormir sur la plage!.. Un rêve! Super Ben! :-)

  2. Dormir sur la plage!.. Un rêve! Super Ben! :-)
    Mais c’est quel Ben finalement qui a dormi sur cette plage??

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.