fév 112013
 

Hier soir nous avions décidé de nous octroyer un jour de repos après ces 3 jours de route. Port Fairy nous semblait être un endroit idéal pour cela. Ce matin, nous nous sommes éveillés juste au moment où notre train entrait en gare après avoir voyagé au pays des songes pendant toute la nuit… Nous n’aurons jamais passé une aussi bonne nuit dans un train… Après un passage dans le compartiment salle de bain, nous avons pris le petit déj au compartiment restaurant. Ensuite école pour les enfants « >dans le compartiment classe avec Maman alors que Papa préparait ses articles et photos dans le compartiment salon. Une fois le travail de chacun accompli, nous sommes descendus de notre Port Fairy Express pour nous rendre en ville au café The Hub. C’est un des rares endroits où on trouve une connexion wi-fi. Nous commandons à dîner et profitons de la connexion pour mettre à jour le blog et relever nos mails. Nous sommes devenus complètement dépendants d’internet. Sans connexion nous nous sentons perdus et seuls au monde! (Tiens, cette expression prend toute sa signification dans ces circonstances…) il est déjà presque 15h quand nous avons terminé. Si nous voulons profiter un peu des charmes de cette petite ville il est temps de lever le camp… Nous nous rendons d’abord au terrain de footy où se déroule une compétition intéressante. Il s’agit d’un concours de chiens de berger. Benoît adore ces chiens, des Border Colies, c’est l’occasion de les voir au travail. Et bien c’est incroyable ce qu’ils arrivent à faire: Trois moutons sont lâchés sur le terrain. Du côté opposé, le chien attend au pieds de son maître. Au coup de sifflet, le chien s’élance et contourne le troupeaux. Les moutons ont peur du chien, c’est naturel, ils partent donc dans la direction opposée. Le « >chien en profite et guide le troupeau avec une adresse incroyable en réagissant aux moindres mouvements des moutons ou en marquant l’arrêt. Il y a tout un parcours à réaliser: amener le troupeau près du maître et le contourner, traverser le terrain en ligne droite, passer entre deux barrières, entre des clôtures, emprunter un pont de bois et enfin rejoindre un enclos. Le chien écoute les sifflements modulés de son maître et agit sur le troupeau. C’est absolument incroyable, quelle intelligence! Après avoir admiré le spectacle pendant une heure, toute la famille est d’accord, si un jour nous décidons d’avoir un chien, ce sera un Border Colie! Il ne restera alors plus qu’à trouver un troupeau de moutons…!?!? Un des organisateurs nous explique gentiment comment se passe ce concours. C’est une compétition nationale qui dure une semaine et qui regroupe les meilleurs chiens de tout le pays. Par contre ce ne sont pas de vrais chiens de troupeau travaillant dans une ferme, ce sont des chiens de concours et leurs maîtres ne sont peut-être pas plus bergers que nous. Cela dit, cela n’enlève rien à la qualité de la performance. Plus de trois cent chiens au départ et un seul gagnant, et 2000$ pour son maître. Nous avons deviné qui sera le gagnant, nous l’avons vu à l’œuvre, il est très fort. On dirait qu’il parle aux moutons et que ceux-ci l’écoutent, impressionnant! Mais le plus surprenant c’est que ce n’est pas vraiment un chien, c’est un petit cochon et il s’appelle Babe… Nous sommes enchantés d’avoir découvert ces chiens (et ce drôle de cochon). Benoît est aux anges, il avait toujours rêvé d’assister à un tel concours. Sa préférence est encore renforcée, les Border Colies sont des chiens formidables.

Activité suivante, une balade sur l’île Griffith, juste en bordure de la ville et reliée par une passerelle réservée aux piétons. Cette île abrite une colonie de puffins, des oiseaux marins migrateurs. Nous n’en avons pas vu! Peut-être étaient-ils en mer ou en pleine migration vers l’Alaska à cette époque de l’année? Par contre nous n’avons pas raté deux wallabies. C’est une bien jolie petite île et nous avons beaucoup apprécié la balade.

« >

« >

 

 

Une petite baignade à la plage pour les enfants pour finir les activités du jour puis un petit passage au supermarché, ce soir c’est barbie pour souper… Port Fairy porte bien son nom: fairy se traduit par féerique. Cette ancienne ville de pêcheurs à la baleine est devenue une très agréable cité balnéaire. Les bâtiments du centre ville semblent ne pas avoir changé depuis 50 ans ce qui donne à ce quartier un petit air désuet tout à fait charmant. Au bord de la rivière Moyne qui a son embouchure ici se trouve le port de plaisance et les jolies villas. La ville possède aussi deux plages, une bien abritée pour la baignade et une autre exposée à la houle pour le surf.

Oui, nous sommes tombé amoureux de cet endroit et oui, on se verrait bien s’installer ici… Mais on vous rassure, juste pour quelques jours de vacances, pas plus, il fait un peu trop « mort » pour vivre ici! En tout cas nous aurons bien profité de cette après-midi de détente à Port Fairy. Ce soir nous reprenons le train pour un nouveau voyage de nuit au pays des songes dans notre wagon tout confort; demain matin nous reprenons le Pajero tout confort pour une nouvelle journée de découvertes sur les routes enchanteresses du Victoria..

 Publié par à 1 h 09 min

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.