fév 182013
 

Nous avons bien roulé hier, les 500 km ont été facilement avalés. Nous sommes repassés par Melbourne sans nous y arrêter mais en faisant un petit coucou, en passant sur le pont Bolte Bridge, à l’immeuble où nous avions passé quelques jours avec Papy et Mamy il y a déjà plus d’une semaine… Puis nous avons longé la côte en apercevant de loin Phillip Island. A Korumburra nous avons pris le temps d’aller pêcher quelques infos à l’office du tourisme. Nous y avons réservé notre prochain logement et emporté un peu de documentation sur le Wilsons Promontory, notre destination suivante. Nous avons logé dans un cabin à Yanakie, à quelques kilomètres de l’entrée du parc national. La nuit a été très mouvementée: énormément de vent et trois grosses averses! Hier soir nous étions à la ferme où l’on pleure pour avoir quelques gouttes, et la nuit suivante, à 600km, il tombe des hallebardes… Heureusement nous étions bien à l’abri. Ce matin, le ciel est encore bien chargé mais il ne pleut plus. Le vent fait son ouvrage et quand nous quittons le camping, le ciel est déjà à moitié dégagé. Nous sommes vraiment vernis côté météo et depuis le début du voyage. Comme on dit chez nous: »C’est pas ça, on a bien réussi avec le temps… »! Tiens, les enfants ont fait le calcul des jours de pluie depuis début septembre… Vous voulez savoir?… Vous êtes sûr??… Vraiment???… :1!!! C’est dégueulasse hein…!!! Désolé…

En route pour le « Prom » comme on dit ici. Le Wilsons Promontory National Park est une réserve naturelle exceptionnelle, hyper protégée et certainement la plus appréciée du pays. Paysage de bush, de montagnes aux sommets embrumés, de plages de sable blanc,… encore un endroit absolument pourri et affreux comme en compte tant l’Australie… Pendant les grandes vacances australiennes, et plus particulièrement entre Noël et Nouvel An, il faut réserver plus d’un an à l’avance et il y a un tirage au sort pour les places de camping tellement la demande est forte! Nous allons vite comprendre pourquoi, dès le premier point de vue sur la côte. Nature sublime, sauvage et surtout préservée… Nous rejoignons Tidal River, le seul « village » du parc, là où la route s’arrête. On y trouve le bureau du parc, une supérette, un resto, des emplacements de camping et quelques logements en dur. C’est tout! Mais encore une fois, tout est absolument parfaitement organisé, parfaitement équipé, parfaitement entretenu, parfaitement « aussie outdoor »… Nous aimerions faire une petite balade dans les environs de Tidal River mais les enfants ont les pieds de plomb! On n’a pas encore commencé qu’ils râlent déjà! Nous nous rendons au bureau du parc: super accueil et super renseignements. Mais le top du top: une série de fiches didactiques sur les choses à découvrir dans les environs comme un rallye photo, reconnaître les algues que l’on peut voir sur la plage, les animaux, les coquillages; et aussi deux dossiers d’activités. Du coup, les enfants sont hyper motivés et ils embarquent une fiche de chaque sorte. Nous devons sans cesse les houspiller pour qu’ils avancent mais pour une bonne raison cette fois, ils sont trop occupés à observer les environs… Nous longeons la rivière et parvenons à son embouchure sur la plage de Norman Bay: superbe… Des groupes d’enfants jouent sur la plage, ce sont des élèves qui sont en classe de mer ici: autre chose que La Panne… Il y a du vent mais le ciel est maintenant bien dégagé. Seuls quelques nuages s’accrochent aux sommets des montagnes environnantes. Nous parcourons toute la plage puis empruntons un sentier à travers la forêt pour rejoindre enfin le bureau du parc, notre point de départ. C’était une bien belle balade de près de 2 heures et les enfants ont remplis toutes leurs fiches. Nous picnicons sur place et visitons le petit magasin pour un petit souvenir. Nous reprenons ensuite la voiture, quittons Tidal River et revenons sur nos pas. Nous stoppons un peu plus loin, sur le parking de Squeaky Beach où nous avons sélectionné une autre balade. Squeaky cela se traduit par quelque chose comme « grinçant ». Cette plage porte bien son nom, le sable est tellement fin qu’il grince sous nos pied! Nous atteignons la plage et… oublions toute envie de promenade, nous restons scotchés sur place, bouche bée… Aprés un bon moment, le temps de réussir à fermer notre bouche, nous décidons de nous installer ici et de profiter de ce décor splendide. Malgré la température de l’eau peu engageante, Sacha et Benoît se laissent tenter par les rouleaux. Quel panard… Nous avons déjà vu quelques superbes plages depuis le début du voyage mais celle-ci…

Le temps passe trop vite et il faut hélas reprendre la route. Nous quittons Squeaky Beach et le Prom avec le regret de ne pas pouvoir y rester un peu plus longtemps mais la route nous attend. Et comme dit Papy: il vaut mieux avoir des regrets que des remords… Nous roulons jusqu’à Sale où nous trouvons un super cabin de luxe pour la nuit et un fish and chips pour le souper. Quelle belle journée dans le Prom…

Il y a des choses que l’on ne peut manquer, même en voyage au bout du monde, comme la Saint Valentin. Par contre nous n’avons pas trouvé de potée aux choux mardi dernier (mardi gras) et nous avons du coup été mangé par les mouches et les moustiques à la ferme! Nous sommes également toujours à la recherche d’un défilé de carnaval, notre costume d’explorateur est prêt…

Chère Valentine,
Pour les amoureux, il y a des moments partagés qui comptent plus que d’autres et qui restent gravés pour toujours, comme les cœurs taillés dans l’écorce des arbres… Chaque jour de ce voyage passé à tes côtés est un de ces moments particuliers, un nouveau jour de bonheur… Merci mon amour…

 Publié par à 12 h 12 min

  Une commentaire à “14-2 The Prom…”

  1. Waouw quelle belle déclaration d’amour …
    Profite-en bien Sophie…
    Bonne continuation…

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.