mar 252013
 

« Pom pom pom pom… Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone… Pom pom pom pom… »

C’est le code secret, c’est aujourd’hui le grand jour, le jour du débarquement au Chili et celui qui restera sans doute dans notre vie: le jour le plus long… Réveil à l’aube… 8 heures… Chacun revêt son équipement. Le général Sophie checke les dernières infos du QG. Changement de programme, l’embarquement est reporté à 19h40 au lieu de 17h! Nous nous rendons au mess Starbucks pour le petit déj et avalons nos rations. Ensuite retour dans nos quartiers, nous pouvons garder le dortoir jusque midi. Nous peaufinons notre paquetage: rien oublié, tout est à sa place… Nous avons répété ces gestes tant de fois, cela devient une routine. On sent que c’est un jour particulier, l’ambiance n’est plus la même, la pression va monter doucement, d’heures en heures. Chacun connait sa mission et ce qu’il a à transporter. Les armes sont prêtes: IPad avec la réservation en première page, banane avec passeports, Lonely Planet Chili, méthode espagnole, munitions pour tuer le temps…

Midi, nous déposons notre barda à la consigne de la caserne et retournons au mess Starbucks pour dîner et patienter, c’est la longue attente avant le transport vers l’aérodrome. Nous aurions pu profiter du beau temps pour nous promener et profiter encore de notre ville de cantonnement de pré-départ, mais le commandant Ben souffre d’une vieille blessure au dos qui s’est réveillée au mauvais moment. Chacun s’occupe: les enfants poursuivent leur instruction théorique et les parents établissent des plans d’attaque pour les prochaines missions. Il est 16h, un transport de troupes (autobus dans le langage civil) nous emmène à l’aérodrome. Formalités pas très rapides mais sans problème, et à 19h50 nous quittons la terre des guerriers maoris…

Onze heures plus tard et après une nuit de voyage, nous touchons le sol chilien, il est 15h en ce samedi 23 mars… Oui vous avez bien lu, le 23 à 15h alors que nous sommes partis le 23 à 19h40!!!! Que s’est-il passé? Nous avons voyagé à bord d’une machine à remonter le temps?? Nous sommes victimes d’une rupture de l’espace temps??? Pas du tout, souvenez-vous de Phileas Fogg, lors de son tour du monde, alors qu’il pensait avoir perdu son incroyable pari, il était en fait arrivé avec un jour d’avance sur le calendrier. En effet, lorsque l’on voyage vers l’Est, on « remonte » tous les fuseaux horaires jusqu’à la ligne de changement de date qui correspond au méridien 180°, à l’opposé du méridien de Greenwich. Nous avons donc franchi cette ligne de changement de date et en tenant compte du décalage horaire, nous arrivons après un voyage de -4h40! Il est 15h alors que pour notre horloge interne il est 7h 40 du matin le 24 mars!! C’est bizarre… On peut donc aussi dire que nous avons gagné un peu plus de 16 heures, 16 heures à REvivre! Nous avons dès lors décidé de dédier ces heures de bonus à une action particulière mais nous ne savons pas encore à quoi. C’est vraiment une journée particulière, le jour le plus long de notre vie…

Nous voici donc en Amérique du Sud, au Chili. La pression est sur les épaules de Papa, souvenez-vous, il est chargé de nous faire comprendre en espagnol… Les formules toutes faites et si souvent répétées ont un peu de mal à sortir à cause du stress! Mais nous arrivons quand même à nous faire comprendre. De l’aéroport, nous gagnons en taxi le centre-ville où nous avons réservé un appartement. C’est parfait, juste ce qu’il faut. Nous sommes très fatigués et nous tombons dans les lits pour une bonne sieste.

Le soir nous visitons le quartier: en plein centre ville, mais presque tout est fermé en ce samedi soir. Nous décidons finalement de manger dans le resto juste au pied de notre immeuble. Le garçon nous présente la carte… difficile, on ne comprend pas grand chose! Les enfants se décident pour des ravioles bolo, Sophie un pastel de maiz (maïs gratiné avec du poulet) et Benoît un churasco de lo pobre (steak du pauvre, avec des frites couvertes de 2 œufs sur le plat et des oignons frits). Et bien c’est assez bon, même si nous ne sommes pas très en appétit. Retour à l’appartement et au lit à 22h. Voilà, nous sommes au Chili et nous venons de vivre le jour le plus long de notre vie… Adelante para nuevas aventuras…

Juste pour le plaisir de la poésie:

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.
 
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

 

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Chanson d’automne  de  Paul Verlaine…

 

 Publié par à 3 h 32 min

  5 commentaires à “23-3 Le jour le plus long…”

  1. Et nous, nous vivons l’hiver le plus long: la neige, le gel et le vent piquant ont débarqué à nouveau!!!! Horreur…Soit.
    Et bien voilà, l’Amérique du sud… nous attendons vos premières aventures chiliesques avec impatience.
    Bon début de séjour les petits gars…

  2. Vous: le jour le plus long et ici l’hiver le plus long ;;;))) Bon séjour .

  3. Salut vous quatre,

    Vous avez vécu le jour le plus long, nous n’avons jamais vécu le nouvel an 2009-2010 partis le 31 a 11h de Tahiti, nous sommes arrivés à 14h a Auckland le 1 janvier

    A plus

    Yannick

  4. Bien le bonjour à tous les 4 !

    J’espère d’abord que les soucis dorsaux de Benoît vont mieux ?!

    Du côté des scouts, ce 23 mars a aussi été une journée quelque peu allongée puisque c’était la fête d’unité ! Vous savez ce que c’est… surtout question rangement ;-) Le bilan de la fête est globalement positif, même s’il fallait un peu se bousculer pour trouver une place assise pour le repas. Question spectacle, Sacha et Lilou devront mettre un gros coup l’année prochaine, car il y a deux jeunes louvetaux de la Seeonee qui nous ont montré toute l’étendue de leurs talents de danseurs !

    Sinon, il est temps que vous vous rapprochiez un peu de la Belgique avec le soleil qui vous accompagne depuis 7 mois car la neige de ce week-end n’a pas fait rire beaucoup de monde ;-)

    Au plaisir de lire vos aventures en Amérique latine,

    Oli

  5. Coucou vous 4,
    Bienvenue au Chili terre de contrastes, Santiago est vaste et belle . Benoît, je suppose que mon petit frère :
    Alain, t’a envoyé un mail , il est déçu de ne pouvoir être sur place pour vous recevoir comme il pensait le faire, mais son boulot a l’E.S.O. L’appel…dommage, il est donc au Paranal à plus de 1500 km de vous !
    La température en ce début d’automne est agréable et parfois même chaude.
    Saive , sous la neige c’est beau mais ici,on en a tous marre, profitez de ces bons moments et toujours ravie de suivre vos « aventures »ne ratez pas le  » Muséologie historico nacional  » plaza de armas qui est installé dans le Placio de la Real Audiencia , musée agréable et qui retrace l’histoire du Chili , la collection d’objets précolombiens est très intéressante .
    Mais le meilleur musée qui vous montre l’art precolombien ,est sans doute, le Muséologie de Arte precolombino Banderas, 361 ou museoprecolmbino.cl avec à l’entrée un petit salon de thé bien sympa ou pas mal non plus La Moneda symbole de la résistance , mais n’oubliez pas votre passeport .
    N’hésitez pas a goûter les  » empenadas » sorte de chausson fourres à la viande, poisson, fromage ou encore le fameux « completo » comme un hot-dog mais, local avec avocat, ketchup,carottés,mais et sauces.
    Hasta luego .

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.