avr 062013
 

Nous discutons au déjeuner avec un couple de français ici à l’hôtel et qui partent comme nous à Torres del Paine aujourd’hui en compagnie d’un couple de suisses. Ils ont aussi loué une voiture pour eux 4. On va peut-être s’y croiser… Nous allons chercher la voiture, un break Chevrolet rien de plus classique. En route… 120km séparent Puerto Natales du parc. Une belle route qui traverse à nouveau des étendues de landes à perte de vue. On se sent vraiment tout « >petit dans ce paysage. Savez-vous que c’est notamment en survolant ces immenses étendues qu’Antoine de Saint Exupéry aurait trouvé l’inspiration du Petit Prince? Il a également raconté son expérience en Patagonie dans deux romans: Vol de nuit et Terre des hommes.

« >

 

 

 

 

Après 90 km, adieu le bitume, il faut se contenter d’un revêtement en pierres et graviers. Ça fait du bruit mais ça roule… Après un long virage sur la gauche, apparaît un lac d’un bleu intense et profond, le Lago Sarmiento, et là-bas tout au fond s’élève le massif montagneux qui occupe le centre du parc. Waouw!!!

« >

Les dernières clôtures disparaissent, nous sommes maintenant en pleine nature, dans son état le plus sauvage. Les premiers habitants du parc viennent nous saluer: les guanacos. Nous en avions déjà vu de loin mais ici ils broutent tranquillement au bord de la route. C’est tout juste s’ils « >relèvent la tête au passage de notre auto. Un peu plus loin, voici un petit troupeau de nandous: une sorte de petite autruche d’Amérique du Sud, un peu plus petite que les émeus d’Australie et que leur grande sœur africaine. C’est amusant de voir ces animaux si proches et peu craintifs. Tiens, voici qu’une drôle de bestiole traverse la piste! Papa s’arrête et saute hors de l’auto avec son appareil photo « un tatou… »!!! Bien vu! Il est toujours là, juste au bord des buissons mais nous ne le voyons pas bien. Nous poursuivons la piste qui s’élève dans les collines. Voici un autre troupeau de guanacos et de nandous. Et derrière, un autre tatou qui courre à travers les herbes! Vite, Benoît et les enfants partent à sa poursuite. Le tatou daigne s’arrêter quelques instants et prend la pose avant de reprendre sa course folle. Super, celui-ci on l’a bien eu!!! Sous sa drôle de carapace il a une petite tête bien sympathique ce drôle d’animal…

 

« >« >

 

 

 

 

 

 

Nous prenons la direction de la Laguna Azul (la lagune bleu) que nous découvrons en contrebas du col que nous franchissons. Pas très bleu mais très beau. Et le défilé animalier continue, voici qu’un magnifique condor survole le lac en planant et s’éloigne vers les montagnes… Hé mais c’est le Monde Sauvage d’Aywaille ici!?!? En moins d’une heure nous avons déjà pu observer 4 espèces emblématiques du parc et d’Amérique du Sud, incroyable!

Pause picnic au bord du lac. Il fait fort nuageux mais étrangement chaud, nous enlevons les couches pour manger. Au bout du lac nous « >distinguons encore mieux le massif montagneux et les fameuses trois tours granitiques qui ont donné son nom au parc, Torres (les tours) del Paine. Ces trois menhirs culminent à 2240, 2800 et 2850 m. A gauche se dresse l’imposant Monte Almirante Nieto dont le somment est couvert de neige. C’est magnifique… Après le dîner nous reprenons la piste et stoppons à une première cascade assez impressionnante: la Cascada Paine. Voici ensuite un des postes d’entrée du parc. Il faut payer une entrée de 18000 pesos (30€) par adulte, nous annonçons 10 et 8 ans pour les enfants et ils ne payent pas. Étape suivante le Lago Nordenskjöld. Nous sommes ici au pied du massif, quelle montagne impressionnante! Il y a beaucoup de vent ici et les rafales soulèvent des trombes d’eau à la surface du lac. Tiens voici nos amis francais et suisses de l’hôtel. Ils sont eux aussi ébahis par la beauté des paysages que nous traversons.

 

« >« >

 

 

 

 

 

 

Nous voici maintenant près d’une seconde cascade appelée Salto Grande. Nous sortons de la voiture et empruntons le sentier d’accès. Il y a un vent terrible, à décorner un guanaco!!! Non, vous avez raison, ils n’ont pas de cornes, c’est pour dire si le vent souffle fort! La preuve, regardez donc cette photo:« >
La cascade vaut la peine, un joli saut d’une bonne dizaine de mètres. Le Lago Nordenskjöld rejoint par cette cascade le Lago Pehoe et ses eaux « >turquoises que nous suivons maintenant. Nous arrivons à l’autre extrémité du parc, passons le poste d’entrée et atteignons l’hôtel réservé. Finalement les amis franco-suisses nous ont suivi et optent eux aussi pour un logement dans une des charmantes petites cabanes de l’Hosteria Tyndall. Il y a tout ce qu’il faut sauf la vue sur le massif, les tours sont couvertes de gros nuages maintenant. Lilou reprend ses bonnes habitudes des cabins d’Australie, elle range nos effets et prépare un goûter. Une vrai fée du logis… Nous allons ensuite prendre l’apéro chez les voisins franco-suisses jusqu’à l’heure du souper. Nous sommes les seuls dans cet hôtel, c’est la saison basse maintenant, mais le patron ouvre ses cuisines rien que pour nous 4. Sympa! Au menu pâtes bolo…

Voilà une belle première journée au parc Torres del Paine qui se termine. Nous en avons pris plein les yeux! D’abord tous ces animaux et puis encore une fois, comme au Népal ou en Nouvelle-Zélande, la montagne qui nous impressionne. Elle nous attire mais aussi nous fait peur. On se sent si petit au pied des sommets. Là haut on doit être à la merci des éléments.

N’empêche, ça donne vraiment envie de grimper, d’aller voir encore un peu plus près, encore un peu plus haut; se dépasser pour vaincre les éléments ou juste pour aller voir ce qu’il y a derrière… Nous allons nous contenter d’escalader notre lit et de nous laisser vaincre par la fatigue. Peut-être demain aurons-nous la chance de découvrir les sommets complètement dégagés et aussi d’apercevoir le seigneur des lieux, le puma…

 Publié par à 3 h 20 min

  Une commentaire à “3-4 Parque Nacional Torres Del Paine…”

  1. J’ai toujours aimé vous lire mais l’Amérique du sud c’est l’apothéose. Les paysages sont magnifiques et tout semble auhtentique. J’adore. Même les arcs en ciel sont signalés, c’est vraiment la cerise sur le gâteau. C’est le top.
    France 5 semble réaliser le même tour du monde que vous avec quelques semaines d’avance. C’est très fréquent de voir des reportages sur les pays que vous traversez . D’ailleurs, une surprise culinaire vous attend bientôt: vous aller avoir l’occasion de manger des cobayes.
    Vous m’en direz des nouvelles!!!!!!

    Je vous souhaite encore de nombreuses rencontres aussi belles que celles que vous avez déjà vécues.

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.