mai 152013
 

La matinée est dédiée aux préparatifs de notre excursion. Nous avons quelques courses à faire. Et puis il faut aller faire nos adieux à Arthur le boulanger et Philippe qui a été si gentil avec nous. N’oubliez pas de passer dans son salon de thé si votre voyage vous amène à San Pedro, salon de thé O2. Nous croisons chez lui une jeune bruxelloise photographe venue visiter Gilles, un ami à elle qui travaille au musée de San Pedro. Nous aurions aimé le rencontrer ce Gilles, il est originaire de la même commune que nous. Mais Gilles ne répond hélas pas au téléphone… Nous avons attendus le dernier jour pour visiter le musée archéologique et hélas il n’y a pas de visite en français le vendredi. Qu’à cela ne tienne, nous suivrons la visite en anglais de 11h15.

Un petit mot d’explication s’impose avant de relater cette visite. En 1955, un missionnaire jésuite d’origine liégeoise, le père Gustave Lepaige, est« > nommé curé de San Pedro de Atacama. Féru d’archéologie, il rassembla pendant 25 ans une grande quantité d’objets anciens découverts au gré de ses recherches dans la région. Ce sont ces objets et le fruit de ses études qui sont exposés au musée. Gustave Lepaige recevra de nombreuses distinctions honorifiques et scientifiques, et sera nommé citoyen d’honneur du Chili. A San Pedro une rue porte son nom et une statue le représentant a été dressée devant le musée. Voilà une raison supplémentaire pour visiter l’œuvre de ce grand homme.

La visite est très intéressante, toute l’histoire des populations atacameños (la peuplade de l’Atacama) est présentée chronologiquement. On nous explique aussi les spécificités de la vie dans ce milieu, les influences de la civilisation Tiahuanaco (Lac Titicaca en Bolivie) et Inca. Nous apprenons aussi que le lama et l’alpaga sont des espèces nées du croisement de la vigogne et du guanaco, preuve de la domestication et de l’élevage des deux premières espèces. Vraiment chouette! Sacha et Lilou ont suivi la visite en anglais sans poser de question. Papa pensait qu’ils n’étaient pas très interessés et les interrogeait de temps en temps pour s’assurer qu’ils avaient bien tout compris… Et bien oui qu’ils ont tout compris, comment pouvais-tu en douter Papa!!!

De retour à l’hotel pour un casse croute, Lilou apprend avec un hôte français comment faire des bracelets brésiliens (en macramé). Il ne lui fallait plus que ça… Sacha lui construit son troisième arc à flèche…

Après-midi nous partons avec nos amis montois pour une petite excursion dans la Vallée de la Muerte. C’est une balade dans un autre paysage minéral qui se termine au pied d’une grande dune de sable. C’est le rendez-vous des sand boarders qui surfent sur la pente abrupte. Nous n’avons pas réussi a retenir Sacha qui s’est offert une petite descente, de même qu’Arcadi. La balade était sympa mais l’intérêt était plutôt de passer encore quelques moments ensemble, entre familles, entre amis.

« >

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin le soir, nous sommes carrément invités à souper chez eux, enfin dans le camping-car. Nous discutons encore longuement de nos voyages et de nos projets futurs. C’est une nouvelle belle rencontre que celle-ci et nous espérons nous revoir au plus vite. Mais comme c’est difficile de se quitter… Quelques larmes coulent sur nos joues en rentrant à pied à  l’hotel, et ce n’est pas uniquement à cause du froid… Merci les amis montois, bon voyage Les Oiseaux de Passage…

 Publié par à 20 h 32 min

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.