mai 202013
 

Surprise hier après-midi, la famille Séchet débarque dans notre hôtel! Nous nous étions croisés à Wellington en NZ et nous avons des itinéraires assez similaires. Nous avions gardé le contact par blog interposés et voici que nous nous retrouvons en Bolivie. Les enfants sont ravis de retrouver des compagnons de jeux: Anouk, Flavie et Clara. Nous avons passé la soirée ensemble hier et réservé les billets de bus pour le marché dominical de Tarabuco de ce jour. L’agence par laquelle nous sommes passé nous ayant assuré qu’il n’y aurait pas de blocage ce dimanche. Nous voici donc partis ce matin pour Tarabuco, à 1h30 de route de Sucre. Le soleil est de la partie! Nous avons une camionnette presque juste « >pour nous 9. Après être sortis de la cuvette dans laquelle se niche la ville de Sucre, nous traversons un paysage de montagnes. Nous papotons et le voyage passe assez vite, nous voici à destination. Le marché de Tarabuco est le rendez-vous des populations indigènes de toute la région mais il est aussi devenu une attraction touristique. On y trouve donc absolument de tout et pour tout le monde: indigènes en quête de biens nécessaires à la vie de tous les jours, ou touristes en quête de souvenirs boliviens! Cela dit, le marché reste assez typique. Nous retrouvons ici les tenues traditionnelles des « cholas » que nous avons déjà rencontrées, mais aussi les costumes traditionnels des gens du coin: ponchos rayés et drôles de chapeaux. Il y a le chapeau melon, le chapeau de paille, le borsalino, le chapeau « cow-boy », le célèbre bonnet de laine coloré et agrémenté de motifs qui descend sur les oreilles…

Mais nous découvrons aussi ici deux types de couvre chef très particulier: d’abord le chapeau en feutre carré agrémenté d’un tissage de perles sur la face avant et d’un espèce de pompon coloré sur le dessus; et le chapeau type casque de conquistador qui semble fait en cuir. Intéressant et amusant!

« >

« >« >

 

 

 

 

 

 

« >

 

Difficile toutefois d’immortaliser ces coutumes vestimentaires… Le bolivien n’aime pas être pris en photo, nous l’avons remarqué depuis notre arrivée dans le pays! (et dans d’autres pays aussi) Bien sûr cela peut se comprendre, il ne doit pas être agréable de se sentir observé, déshabillé des yeux, mitraillé par une bande de touristes. Mais il faut avouer qu’il est assez normal pour un étranger de vouloir garder un cliché souvenir de ces costumes locaux, sans qu’il y ait là quelque voyeurisme que ce soit. Cela fait partie du décor, de la culture, du pays que l’on a décidé de découvrir. Certains photographes ne se gênent pas et sans scrupules mitraillent à tout va; d’autres comme Benoît préfèrent avoir, par respect, un accord de la part du sujet. Mais vous imaginez bien qu’il est également impossible d’acheter un kilo de fromage, trois côtelettes, 6 couvertures, 3 pommes, 4 maïs et un sachet de feuilles de coca, afin de ramener quelques photos souvenirs du marché! La photo peut aussi directement s’acheter. Mais il arrive encore bien alors que la petite pièce ne soit pas suffisante! Les plus belles photos ne sont-elles pas celles qui sont prises sur le vif, sans préparatifs, pauses et faux sourires…? Pas toujours facile donc de faire de jolies photos lorsque l’on est que de passage… Cela dit, nous repartirons quand même avec quelques belles images qui viendront compléter les 20000 références actuelles de notre catalogue « Tour du Monde » (oui, rien que 20000 photos!!!).

Mais revenons à ce joli marché, à ses jolis draps brodés aux couleurs vives, ses céréales diverses, ses épices parfumées, ses ponchos, ses « >chapeaux, ses sacs de feuilles de coca, ses fruits et légumes typiques, ses viandes qui sèchent et faisandent au soleil, ses sandales en caoutchouc de récupération pneumatique, ses poules dans un sac, ses outils, ses bijoux, ses camatchs, ses invendables… tout ce qui fait le charme d’un marché de terroir d’Amérique Latine… Et bien entendu nous nous sommes laissés quelque peu tenté… Après 3 bonnes heures de faufilages dans les petites rues encombrées de Tarabuco, les parents avalent une assiette de soupe et les enfants une assiette garnie d’une marchande ambulante brouette du coin, à même le trottoir!

 

 

 

 

 

 

Puis c’est le retour vers Sucre. Nous avons passé une bonne matinée prolongée sur le marché de Tarabuco avec nos nouveaux compagnons de voyage. Le marché était typiquement intéressant. Cela dit, nous restons un peu déçus du manque de sympathie de la plupart des boliviens que nous rencontrons! S’agit-il de pudeur, de peur, d’incompréhension vis à vis des gringos?!?! La Bolivie est très pauvre, c’est vrai, un fossé nous sépare… Mais nous ne sommes pourtant pas de nouveaux conquistadors, nos intentions sont louables et sincères… Espérons que nous arriverons à mieux nous faire accepter… Demain c’est lundi, la trêve du week-end se termine, que nous réserve la prochaine semaine? De nouveaux mouvements de grèves et de nouveaux blocages sur les routes????

Photos du marché de Tarabuco: https://plus.google.com/photos/117220102651423309592/albums/5880119687111941521?authkey=CNfR84jpnYSElwE

 Publié par à 15 h 06 min

  4 commentaires à “19-5 Le marché de Tarabuco…”

  1. Revoilà les Séchet! J’imagine que vous vous reverrez après votre périple…
    Il est vrai que les Boliviens n’ont pas l’air d’être les plus grands boute-en-train de la planète! Je ne suis pas sur place pour juger mais c’est l’impression que j’ai… ça ne respire pas la joie de vivre… on se croirait au hall omnisport de Saive y’a quelques années…
    Bye bye les gars

  2. Nous venons de passer 3 belles journées en votre compagnie! Merci beaucoup! Peut-être à très bientôt lors d’une de nos prochaines étapes! Mais, de toutes façons à dans quelques mois en Europe. Nous vous reverrons avec grand plaisir…
    la famille Séchet

  3. Des couleurs magnifiques et chaudes à Tarabuco… Je partage le sentiment de Ben question photographies. J’essaie de me mettre à la place de ces habitants. Ils pourraient à la longue se sentir comme des bêtes de foire, prisonniers de leur statut social peu enviable. Peut-etre que les années transformeront Tarabuco en un nouveau Souk de Marrakesh. Là, ils ont intégré le tourisme comme une source de revenus familiale… Pas loin d’un sport national!! …
    Nouvelles du pays:
    - la fête à Barchon est déjà derrière nous: la série des fêtes de village peut démarrer! :-) . Vivement la vodka-fraise de Saive! En attendant,  » mets un peu deux half, un tango et trois blanc-coca silteplait … Voilà 6 tickets » !
    - les camps scouts sont avancés et encodés…, voilà de nouvelles aventures en perspectives
    - les horaires d’examens des petits et des grands sont distribués: encore une autre aventure qui commence!
    - ca sent l’été… Meme si on annonce gelées au sol et neige fondante pour la nuit de jeudi 23 mai ( c’est pas une blague!! )
    Gros bisous à vous 4 et profitez profitez profitez!!

  4. Hello les amis, quelques jours sans vous lire et vous avez déjà changé de pays !
    Pour en revenir à Tarabucco, nous avons fait la même excursion que vous, et nous avons eu les mêmes sentiments. Nous avons été, durant cette journée, très gênés et révoltés de voir des touristes distribuer les dollars à tout vent, pour prendre des photos « uniques », sans aucun respect de la population. Nous avons vraiment eu l’impression qu’ils se croyaient dans un zoo, et ils nous ont vraiment fait honte. Comment peut-on imaginer alors que les Boliviens, qui sont extrêmement pauvres et ont la vie dure, trouvent les touristes sympathiques ? A leur place je les mépriserais aussi. Mais, comme Ben, on a persévéré en demandant l’autorisation et (c’est vrai on l’avoue) en volant quelques photos de profil et de dos. Tout ceci pose les questions essentielles du respect et de l’inégalité des hommes….à méditer…La Bolivie a quand même été notre grand coup de coeur, malgré les grèves qui ont modifié notre voyage (pas autant que vous cependant…)…On en reparlera surement à votre retour ;-) Besos a todos
    Laurence (de Lausteloutho)

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.