juin 082013
 

Départ glacé de La Paz à 7h ce matin. Il n’y a pas de chauffage dans le bus et nous avons froid froid froid! Il faut attendre d’avoir parcouru la moitié de la ville pour charger les autres passagers et d’avoir grimpé jusque El Alto pour qu’enfin le soleil réchauffe doucement l’habitacle. Nous admirons une dernière fois la capitale vue d’en haut, quelle vue… El Alto est une autre ville, plus populaire que la capitale, qui débute au niveau de la crête qui délimite La Paz, et qui s’étend sur l’Altiplano. Cette ville est en constante expansion. De nombreux campesinos quittent en effet la dure vie de paysan sur l’Altiplano pour essayer de trouver une vie meilleure près de la capitale. Il nous faut près de deux heures pour quitter la grande agglomération de la capitale et dépasser les 50km/h! Nous voici dans la campagne; agriculture et élevage de petites dimensions occupent le terrain. Presque chaque maison possède son petit lopin de

« > La Paz

terre; quelques vaches, moutons et cochons. Sur les champs sèchent des bottes d’une haute plante dont on récolte les fèves issues d’une espèce de gros haricot. Des femmes étendent et mettent à sécher sur des draps colorés étendus sur le sol, les récoltes de petits fruits ou légumes que nous ne pouvons distinguer. Ce sont sans doute des pommes de terre, nous en avons vu de toutes sortes, de toutes tailles et de toutes couleurs sur les marchés. Autre chose que les quelques variétés cultivées chez nous… Soudain, du sommet d’une petite colline, tel un mirage dans le désert, nous apercevons l’image lointaine et trouble d’une grande étendue d’eau. Le voilà, c’est bien lui, le lac Titicaca! Nous approchons des berges. L’eau semble d’une grande pureté et reflète un bleu profond. Au loin àĺhorizon se dressent les sommets enneigés de la Cordillera Real, c’est magnifique…

« >

Ce lac est une véritable aubaine dans un pays si aride. On comprend de aisément l’importance vitale qu’il représente pour tous les peuples, anciens et présents, qui vivent sur ses rives. Et au delà, tout le mysticisme qui l’entourait pour les civilisations qui se sont succédées dans la région.

« >

 

 

Le lac Titicaca couvre 8400 km², à 3800m au dessus du niveau de la mer. C’est le lac navigable le plus haut du monde. Sa profondeur maximale est de 457m. Les peuples pré-incas pensaient que le soleil et le dieu créateur Viracocha étaient sortis de ses profondeurs.

 

 

Nous atteignons San Pablo de Tiquina où nous descendons du bus pour traverser en canot l’étroit détroit de Tiquina qui sépare la presqu’île de Copacabana du continent. Nous retrouvons le bus qui a traversé sur une barge, reprenons la route et atteignons enfin la petite bourgade de Copacabana en fin de matinée. Copa est une petite ville orientée sur le tourisme. Nous n’avons donc aucun mal à y trouver un logement: l’hôtel Mirador, une chambre 4 lits avec vue plongeante sur le lac! Après installation et un petit repos, nous descendons sur la « plage » pour y dîner dans une des nombreuses gargotes. Au menu la spécialité du coin et du lac: chicharon de trucha (truite frite). L’élevage de la truite a en effet été introduite dans le lac fin des années 30. Sur un muret au bord de l’eau, trois jeunes filles fabriquent des bracelets en macramé. Lilou ne peut bien évidement s’empêché de les rejoindre et de faire connaissance. Une d’entre elles, Margaux, est québécoise. Lilou a une nouvelle copine… Margaux offre à Lilou de lui faire une tresse de corde et de perles dans les cheveux. Merci, Lilou en rêvait depuis notre arrivée en Amérique du Sud! Avant de rejoindre l’hôtel, nous réservons un bateau pour nous rendre sur la Isla del Sol demain. Ensuite c’est travail scolaire, nous avons pris un peu trop de vacances ces derniers jours, il faut s’y remettre… Il fait vraiment bon, un grand soleil réchauffe l’atmosphère. Avec le lac en point de vue, on se croirait presque au bord de la Méditerranée, qu’est ce que c’est agréable… Le soir par contre, dès que le soleil a rejoint les profondeurs de son berceau, la température diminue fortement et nous devons nous équiper de bonnets, gants et écharpes pour sortir souper! Sous les conseils de Margaux, nous nous rendons au restaurant La Cupula, et nous ne sommes pas déçu! Très bon et un service de qualité, ce qui est assez rare en Bolivie. Nous rejoignons notre chambre d’hôtel avec un peu d’appréhension quant à la température, rien n’est isolé et il n’y a pas de carreau à la petite fenêtre de la salle de bain! Mais heureusement, il ne fait pas si froid que ça et nous pouvons envisager de nous endormir sans notre équipement hivernal… Bonne nuit…

 Publié par à 8 h 53 min

  Une commentaire à “3-6 Le Lac Titicaca…”

  1. T’inquiète Lilou… les cordes et les perles dans les cheveux, on fait ça à Visé pour 10€!
    Et bien, nous, nous avons eu bien chaud cette nuit! Et oui, c’est l’été ici: on ne vous envie même plus :) !
    Bye bye les gars… vous êtes sous la barre des 50 jours. Comme s’est passé vite!

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.