juil 222013
 

C’est un grand jour pour la Belgique, non seulement c’est la fête nationale, mais en plus ce jour est historique avec la passation de témoin de notre bon roi Albert II à son fils Philippe. Alors ce matin, c’est avec une certaine émotion que nous avons regardé sur internet quelques extraits de reportages sur cette journée historique pour notre pays. En tant que belges provisoirement expatriés, nous sommes confiants dans notre nouveau souverain; un homme qui a tant voyagé autour du monde ne peut être qu’un homme ouvert, intelligent et sage… Comme nous quoi… Et savez-vous ce que l’on dit de la Belgique autour du monde? Bien souvent les gens ne connaissent même pas la Belgique! Mais rassurez-vous il en est de même pour les autres pays européens, c’est simplement une question d’instruction. Les gens « plus instruits » que nous avons rencontrés nous ont parlé de Bruxelles, de Bruges, de bière, de chocolat, de frites, d’Enzo Sciffo (!?), de coureurs cyclistes,… Quand aux grands esprits, ils nous ont rappelé les 541 jours sans gouvernement et les problèmes communautaires… Bref, du classique. Mais ce que nous retiendrons, c’est que d’un avis général, les belges sont considérés comme des gens sympathiques, qui ne se prennent pas trop la tête, qui sont capables de beaucoup d’auto-dérision et qui aiment profiter de la vie; et nous ça nous va… Gageons que le règne de Philippe 1er sera plutôt orienté vers l’extérieur des frontières et le bonheur des « chers compatriotes » et moins englué dans les querelles internes de ce si petit pays… Maintenant qu’Albert et Françis sont pensionnés, qui allons-nous trouver comme sosie dans la famille pour reprendre avec Philippe cette célèbre maxime: »La reine et moi… »?!?!?! Vive la Belgique et vive le Roi… Vaya con Dios Felipe…

Quito…
En ce dimanche 21 juillet, la capitale équatorienne est bien moins en effervescence que son homonyme belge! En effet, la circulation dans « >la vieille ville de Quito le dimanche est interdite aux voitures. C’est donc une journée idéale pour partir à sa découverte! A l’ouest, le volcan Pichincha domine la cité de ses 4680m d’altitude. Le site, blotti au fond d’une haute vallée andine (entre 2850 et 3100m d’altitude) était déjà occupé bien avant l’époque inca (oui, ils sont venus jusqu’ici…). A l’arrivée des espagnols en 1526, Rumiñahui un général inca d’Atahualpa préféra raser la ville que de l’abandonner aux conquistadors. La ville actuelle fut fondée en 1534. Nous logeons dans El Centro, la vieille ville et le centre historique. Ce quartier magnifiquement restauré s’enorgueillit de façades du XVIIème siècle, de places pitoresques, de ruelles pavées et de splendides églises aux influences espagnole, mauresque et indienne. Il est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. À deux quadras de notre hôtel nous rejoignons la Plaza Grande. C’est sur ses flancs que se dressent le Palacio del Gobierno, la cathédrale et le Palacio Arzobispal (palais de l’archevêché), désormais une arcade livrée aux restaurants et boutiques de souvenirs. Le centre de la place, typiquement sud américain est bordé de palmiers, de plantations et accueille les flâneurs sur ses nombreux bancs. Mais le problème c’est que la ville est très très étendue. Elle s’étire tout en longueur, sur bien plus de 10km. Alors pour faire un tour d’horizon, nous nous rendons sur la grande place San Francisco afin d’y prendre le bus touristique. Encore un bus… Juste après le départ nous grimpons au sommet de la colline El Panecillo (le petit pain) où se dresse l’immense statue de la Vierge de Quito.

« >

« >

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De là haut nous avons une vue superbe sur tout le Centro et la Ville Nouvelle au nord. Nous retraversons le Centro, longeons l’immense basilique de style gothique et atteignons les parcs et grattes ciel de la ville moderne. Il fait beau et chaud (enfin…) et nous profitons largement du toit open air du bus, même si quelques nuages cachent parfois le soleil. La ville nouvelle n’a pas grand intérêt et nous préférons le retour dans le centre historique et ses jolies demeures coloniales au teints pastels et aux balcons fleuris. Fin de la balade et retour sur la Plaza Grande. Grâce à ce tour de la ville, nous avons déterminé le programme des prochains (et derniers) jours: visiter quelques bâtiments historiques et flâner dans la vieille ville, jeux et détente dans les parcs et enfin shopping dans les centres commerciaux de la ville moderne pour se remettre à l’européenne… Cette ville nous plait bien, bon choix pour se préparer au retour tout en profitant jusqu’au bout de l’ambiance et de l’architecture sud américaines…

 Publié par à 19 h 45 min

  Une commentaire à “21-5 Vive le Roi…”

  1. salut les zamiiiiiiiis!

    plus que 3 dodos.. même pas un camp baladin! :-) A ce sujet, le scamps se déroulent super bien pour l’instant! Dans la bonne heumeur et la bonne santé! :-)
    Plusieurs nouveaux animaux vont peupler notre unité et notre village!.. Voilà de quoi vous questionner pendant les longues heures de votre voyage de retour: quels totems pour les nouveaux éclaireurs?

    A super bientôt les 4 as! :-)

    Ben

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.