juil 252013
 

Avant dernier jour et anniversaire de Sophie. Nous décidons de retourner au parc où nous avions passé un bon moment il y a deux jours. Il fait beau, grand soleil, allons profiter d’un des derniers moments… Nous poussons des coudes pour entrer dans le trolley et trouver une petite place, 8 arrêts à tenir dans cette boîte à sardines… Ouf, voici notre arrêt, grosse bousculade pour sortir, les enfants collés à nous nous sommes expulsés sur le quai!… Sophie: « Benoît…. On m’a volé le portefeuille… » Le temps semble s’arrêter, on se regarde avec de gros points d’interrogations dans les yeux, Sophie fouille ses poches… Non ce n’est pas un mauvais rêve, c’est hélas bien la réalité… Tout s’enchaîne alors vite, est-il tombé dans le bus, on saute sur la porte qui se referme, on interpelle le chauffeur qui patiente un moment mais redémarre sous la pression des autres passagers, il nous conseille de descendre à l’arrêt suivant pour rejoindre le poste de police… On fait le point, que s’est-il passé? Sophie et Lilou se rappellent de ces deux femmes qui sont montées il y a quelques arrêts. Sophie a senti un moment que l’on touchait ses poches, une des deux femmes a bloqué la sortie à l’arrêt et l’autre poussait derrière. C’était donc certainement elles, manège bien rodé, travail de pro… Deux jours avant le départ, une des rares fois où Sophie portait l’argent et dans une poche zippée, il fait bon pas de veste, négligence de notre part en fin de voyage, concours de circonstances et voilà… On fait les comptes: nos dollars et une carte de crédit! On rage, on empeste, on s’en veut, c’est trop bête. Nous descendons du bus et cherchons un policier mais pour une fois il n’y en a pas dans les environs. Rentrons à l’hôtel, il faut au plus vite bloquer la carte, nous irons au commissariat plus tard. Taxi vers l’hôtel, beaucoup de circulation on avance pas… Prendre le numéro de la carte noté de côté, descendre au petit magasin à côté pour téléphoner. Presque une heure s’est déjà écoulée, espérons qu’elles n’ont pas encore essayé d’utiliser la carte… Mais ce serait étonnant vu le professionnalisme… Ça y est, la carte est bloquée, ouf! On souffle un coup. On repart pour le commissariat du quartier, on s’explique et un pick-up vient nous chercher pour nous emmener au bureau de la police du tourisme. Nous faisons notre déposition en espagnol car personne ne parle autre chose au bureau de la police du tourisme!!! Dernier souci nous n’avons pas assez d’argent pour vivre jusqu’au retour chez nous! Il nous reste une carte Visa qui doit être vide et une carte Maestro de Belgique. Les policiers nous emmènent dans trois banques pour essayer de retirer avec la Maestro mais sans succès. Retour enfin à l’hôtel, il est presque 17h, nous n’avons pas dîné, nous sommes dépités, déçus, découragés… Après 11 mois de voyage pratiquement sans accrocs, nous nous faisons avoir comme des voyageurs débutants! Et en plus le jour de l’anniversaire de Sophie, elle s’en souviendra de ses 40 ans!!! En fin de journée Sophie arrivera finalement à presser la carte visa pour lui extraire les quelques dollars dont nous avons besoin jusqu’au départ. Ouf, nous sommes sauvés! Espérons que la carte n’aura pas été utilisée, c’est notre dernière inquiétude. Voilà une journée à vite mettre de côté. Rien de grave, quelques dollars et une carte de crédit, il n’y a pas mort d’homme mais c’est vraiment râlant et ça gâche un peu la fin du voyage. Allez, au dodo. Demain c’est le dernier jour…

 Publié par à 16 h 01 min

  2 commentaires à “24-7 Super le cadeau d’anniversaire…”

  1. Pas cool!! Et pas le bon jour!! Dommage de finir là-dessus!! Comme quoi, on n’est jamais à l’abri…. La vigilance s’impose donc jusqu’à la fin… Allez, dans quelques jours, ce sera oublié!! Elle quand même eu un autre cadeau d’anniversaire Sophie, non???

  2. Vraiment bien désolé pour vous. Mais bon,ça ne doit sûrement pas faire oublier tout le reste!
    Tu te souviendras de tes quarante berges car c’était le début de la fin d’une aventure extraordinaire…
    Mais quand je pense à tout ce qu’il y avait dans ce portefeuille, j’en suis malade: la carte de fidélité de chez Massart, la carte de chez Pronti, la carte du Brico et du parc à conteneurs de Ben, les 5% sur le prochain achat chez De Winter … et j’en passe. Et ne me dis pas que tu avais laissé la photo de tes cobayes en plus… :) :) :)
    Allez, bon retour chez nous… et zut… le beau temps s’est barré, après un mois de juillet exceptionnel…

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.